Notre histoire

La Gañanía résume la conception même de l’architecture traditionnelle canarienne. Dans ses murs en pierre blanchie à la chaux, sa structure intime, presque mystérieuse, ses plafonds en bois de tradition mudéjare, ses sols robustes du même matériau ligneux… Près de deux cents ans après sa construction, il conserve intactes les formes qui en font si authentiquement notre . C’est un reflet fidèle de l’identité amicale mais forte des Canaries, qui pendant des siècles, presque sans exception, ont construit leurs maisons sur la base des mêmes idées, sans introduire pratiquement aucun changement, laissant simplement ce qui, parce qu’il est fonctionnel et cohérente, elle a donné à la fois beauté et simplicité aux constructions, modifiant le paysage en essayant de faire de même au fil du temps.

Mais La Gañanía a une valeur encore plus importante : c’est un résumé vivant de l’histoire populaire de nos îles. Née dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, lorsque l’économie canarienne a traversé tant de vicissitudes, entre la crise et la force, elle a été le berceau d’une tradition familiale commune à celle de tant d’insulaires.

Almuerzo familiar
Déjeuner en famille dans la cour de la maison, avec mes grands-parents et mes tantes

Bárbara González, notre arrière-grand-mère, mariée à Domingo Hernández, a été le premier membre de la famille à vivre dans la maison, acquise pour elle par son père. Là, le couple s’est occupé de la campagne, élément clé pour comprendre l’histoire de notre terre. Barbara était une femme au foyer, dévouée avec soin à élever ses enfants : trois garçons, Agustín et Felipe, qui ont émigré à Cuba à l’âge de 16 et 17 ans respectivement, et Nicolás et ses deux filles Frasquita, María qui ont grandi dans la maison. La Gañanía regorge de ces informations en tant que témoin de l’histoire quotidienne des habitants de Tenerife, car il n’est pas exceptionnel que deux garçons si jeunes aient eu besoin d’émigrer à la recherche de nouveaux horizons. Bien au contraire, c’était le destin de milliers d’insulaires, contraints par la nécessité. Du travail à l’époque typique des femmes, il y a plusieurs témoignages dans la maison, comme la buanderie qui est encore conservée à côté du barbecue, dans ce qui était le jardin de la maison, et qui était utilisé non seulement par les propres famille sinon par des voisins.

Ma mère et mes frères nés dans la maison

Mais Barbara ne voulait pas seulement être femme au foyer, mais, comme nos aînés s’en souviennent, l’après-midi, dans une école bien organisée dans la cour centrale de la maison, elle donnait des cours de base aux garçons et aux filles du quartier. Même la nuit, hommes et femmes, ayant terminé leur travail quotidien, se rendaient au même endroit, où notre arrière-grand-mère parvenait patiemment à leur apprendre à lire et à écrire. En ces temps difficiles, où il n’y avait pratiquement pas d’écoles dans le quartier, ou elles étaient très éloignées de l’endroit, le propriétaire de La Gañanía a fait un travail énorme, dont beaucoup de personnes âgées se souviennent encore, fières de pouvoir signer pour elles-mêmes parce que « ils savaient écrire grâce à Dieu et à Mme Barbarita ». La tâche de Barbara n’était pas accidentelle : nombre de ses petits-enfants et arrière-petits-enfants sont enseignants. Nous le portons certainement dans notre sang. Malheureusement, Barbara ne s’est jamais autorisée à être photographiée, il n’y a donc aucun souvenir de son image. Mais dans le salon de La Gañanía il y a un beau portrait au pastel de « Dña. Frasquita » Francisca Hernández, fille de Bárbara : ma grand-mère.

Frasquita a épousé Eulogio Méndez Dorta, de Buenavista del Norte. Ils avaient un garçon, qui est mort pendant la guerre civile, et plusieurs filles, qui sont mes tantes et ma mère, Manola. À La Gañanía, ils passent leur enfance et leur jeunesse jusqu’à leur mariage, chacun prenant des directions différentes. Mes tantes vont vivre à La Orotava et mes parents dans la capitale, Santa Cruz de Tenerife.

Mes frères Tere, Pepe et moi

En 1954, la maison était inhabitée. Le temps passait et détériorait tous ces murs qui gardaient tant d’histoires. Mais nous, les héritiers, ne pouvions pas permettre la ruine de ce qui est le maillon le plus important de notre histoire familiale, alors nous avons décidé de lui redonner vie. D’abord en effectuant une simple réparation, en 1980, qui nous permettrait d’en profiter en compagnie de nos enfants et de notre famille. Plus tard, nous avons décidé de faire une restauration authentique, avec toute notre affection, qui nous permettrait de partager la maison, sa vie, ses souvenirs et ses valeurs attachantes avec tous ceux qui décident de nous rendre visite et d’être nos invités. Nous l’avons rebaptisé du nom sous lequel il est désormais connu car il y avait autrefois une grange ou étable pour animaux, à l’arrière du bâtiment principal. Même la rue où il se trouve était familièrement connue des habitants sous le nom de Camino de la Gañanía. Nous espérons que tous ceux qui décident de l’habiter quelques jours pourront profiter de son charme, de sa tranquillité et de ses souvenirs, si chers à nous et si communs à l’histoire de toutes les Canaries.

Javier Pérez Méndez, arrière-petit-fils de Bárbara, petit-fils de Frasquita et fils de Manola.